Le nombre de transactions immobilières repartira-il à la hausse en 2013 ?

Comprendre les baromètres immobiliers

Force est de constater que le nombre de transactions immobilières ne connait pas de hausse fulgurante, voir stagne dans la plupart des grandes villes françaises, et ce malgré les conditions exceptionnelles.

D’après les baromètres présentés ce mois-ci, le pouvoir d’achat immobilier des français aurait même augmenté au cours de l’année 2012… seulement  si l’on considère une stabilité des revenus des ménages ! La faible baisse du prix des biens immobiliers en vente et la forte diminution des taux d’emprunts permettraient en effet, à revenu constant, d’augmenter  de 8% et 14% sa capacité d’achat par rapport à l’année passée. A Lyon, le baromètre indique qu’un acheteur gagnerait environ 4m² à l’achat par rapport à 2012.

Le marché de l’immobilier toujours hésitant

A l’heure actuelle, l’instabilité du marché de l’emploi et la multiplication des annonces gouvernementales en matière de fiscalité et de plus-value, ont engendré un véritable attentisme des acheteurs.

Bien que le contexte immobilier soit exceptionnel et positif, le passage à l’acte pour des achats conséquents, comme celui d’une résidence principale, reste donc pour le moment hésitant.

Autre facteur pouvant influer sur cette tendance : le durcissement des conditions d’octroi du prêt. En effet, nombreux ménages pourtant candidats à l’achat d’une maison ou d’un appartement pour première résidence éprouvent des difficultés à obtenir le précieux sésame.

Si le marché devrait encore mettre quelques mois à se débloquer, de très belles affaires immobilières sont à réaliser pour les acheteurs obtenant un emprunt.

En parallèle, la localisation et l’état général d’une maison ou d’un appartement à vendre peuvent également permettre à des ménages plus modestes d’accéder à la propriété avec des conditions avantageuses, pour peu que le bien recherché ne soit pas dans une zone immobilière tendue.