Un prêt bien préparé

Savoir préparer son financement en vue de l’achat d’une maison ou d’un appartement est primordial dans l’obtention d’un prêt immobilier. A l’heure actuelle, les banques se montrent en effet de plus en plus exigeantes vis-à-vis des emprunteurs et n’hésitent pas à refuser les dossiers les moins sûrs. Pour les convaincre, l’agence  vous propose de mettre tous les atouts de votre côté.

Evaluer son budget
Le budget conditionne l’achat d’un bien immobilier. Il convient de faire un état des lieux de sa situation financière pour évaluer sa capacité d’emprunt. En général, le montant du remboursement mensuel du prêt ne doit pas dépasser le tiers des revenus nets de l’emprunteur.

Constituer un dossier complet
Dans le but de concrétiser une demande d’emprunt et de valider l’acquisition d’un appartement ou d’une maison, les banques exigent un certain nombre de pièces afin d’évaluer la faisabilité du projet immobilier. Un dossier complet nécessite : une pièce d’identité, un justificatif de domicile d’au moins trois mois, le dernier avis d’imposition, les trois derniers bulletins de salaire, les trois derniers relevés de compte et tout document justifiant des charges du foyer.
Enfin, la promesse de vente du projet immobilier et les diverses souscriptions aux assurances en cas de décès, d’invalidité ou de perte d’emploi sont indispensables pour obtenir une offre de prêt.

Ne pas négliger l’apport
Sans apport financier, peu de chances d’obtenir un prêt immobilier. Celui-ci doit, en général, être à la hauteur de 10% voire plus du montant emprunté. Il ne faut pas hésiter à rassembler toutes ses économies, du plan épargne logement au livret épargne.

S’appuyer sur sa situation
Les banques examinent attentivement la situation professionnelle de l’emprunteur. Un emploi dans le service public, une administration ou dans un secteur en plein essor est évidemment un atout. Qui plus est, si l’emprunteur est en Contrat à Durée Indéterminée et bénéficie d’une ancienneté. A contrario, les chances d’obtenir un prêt diminuent considérablement si l’on est en CDD ou en intérim. Quant aux professions libérales et aux artisans, il convient de fournir deux ou trois années de bilan. L’instabilité professionnelle reste la hantise des banques pour accorder aux futurs propriétaires le droit de rêver à l’appartement ou la maison de leurs rêves.