Pour acheter, je trouve et souscris un crédit

Avant comme après la signature d’un compromis de vente, le gros du travail pour l’acquéreur est la recherche d’un crédit. Et au taux le plus avantageux possible, bien sûr !

Bien conscients de cela, nous conseillons de faire appel tout d’abord à un courtier, qui pourra interroger toutes les banques, y compris et en priorité celle de l’acquéreur. Mais cet acquéreur peut aussi se mettre en chasse personnellement, sachant que s’il obtient un bon taux dans une autre banque que la sienne, il devra obligatoirement y ouvrir un compte.

Autre précision, et je constate qu’elle est souvent ignorée : côté assurances, nous ne sommes pas obligés de souscrire celle que propose la banque prêteuse. Il n’est pas interdit de chercher et consulter des organismes spécialisés en assurances emprunteurs ; et du coup, de dénicher de meilleurs taux, de meilleures garanties aussi, selon ce qu’on souscrit : pour une tête, deux têtes, une couverture maladie, la perte d’emploi, etc.

J’ai souvent remarqué qu’on a tendance à négliger d’autres aspects du crédit… qui ne sont, justement, pas négligeables : le prix et la levée éventuelle de l’hypothèque, les modalités de sortie du prêt (exemple : quelles pénalités prévues pour remboursement anticipés ?), les dispositions en cas de taux variable, les montants plus ou moins élevés des frais de dossier. Ce ne sont pas que des détails…

Sur cette base de mise en place, nous passerons avec l’acquéreur aux étapes suivantes de la vente : accord de principe, offre de prêt officielle, délai de réflexion de l’emprunteur (10 jours), acceptation de l’offre. La vente, c’est l’acte authentique, ou réitération, devant notaire ; c’est enfin le moment tant attendu de la remise des clés. Et après, le début du remboursement du crédit suivra de peu, selon les dispositions qu’on aura pris soin de convenir auparavant avec la banque.