Renégocier un emprunt immobilier à un taux avantageux

Les taux des crédits immobiliers n’ont jamais été aussi bas. Il est en effet possible d’emprunter à  2,75 % sur quinze ans et 3,15 % sur vingt ans, une situation qui ne s’était pas produite en France depuis … 1945 ! Cette situation exceptionnelle n’est pas seulement à l’avantage des acheteurs : elle offre l’opportunité aux propriétaires ayant souscrit un emprunt de renégocier leurs taux.

Comment renégocier son emprunt immobilier ?

Faire des économies sur le prix de revient de d’une habitation peut  intéresser nombre d’acheteurs ayants contracté un crédit dans une période moins avantageuse.

Avant de renégocier votre crédit, il est cependant nécessaire de bien étudier l’état des remboursements réalisés pour l’achat de votre maison ou de votre appartement. En effet, certains critères peuvent vous permettre de déterminer si cette opération est intéressante financièrement ou non.

Calculer l’écart de taux

Avant tout, il est important que l’écart entre le taux auquel a été contracté le crédit initial et le taux qu’il est possible d’obtenir soit d’environ un point. En effet, une renégociation entraine des frais de pénalités qui ne seront pas « absorbés »  en dessous de cet écart. Cependant, plus l’emprunt était d’un montant élevé, moins l’écart nécessite d’être important pour devenir rentable.

A quel moment faut-il renégocier ?

Si vous avez dépassé le premier tiers de la durée de votre remboursement, la renégociation devient difficilement rentable.  Cependant, si l’écart de taux est très élevé, une économie peut tout de même être réalisée.  D’autre part, la somme restant à rembourser doit être importante afin que l’opération permette de réels gains.

Si ces conditions sont réunies, il vous sera possible de faire diminuer le coût total de votre crédit, en diminuant la valeur des mensualités à payer.

Il est cependant à noter que ce type d’opération auprès de votre organisme prêteur peut entrainer des changements de conditions de crédit, entrainant souvent  des frais supplémentaires (comme la souscription d’une assurance vie, ou une couverture chômage par exemple). Il est donc intéressant de faire jouer la concurrence afin de trouver la solution la plus avantageuse pour l’emprunteur.

Bien que les démarches soient plus longues, cette solution est une des plus avantageuses.

Un cas de figure particulier : la valorisation avant la vente

Dans le cas où l’emprunteur souhaite revendre sa maison ou son appartement, une renégociation peut être intéressante si des travaux de valorisation sont envisagés. En effet, en intégrant un nouveau prêt pour des travaux dans le rachat de votre crédit, l’économie réelle globale sera d’autant plus importante ! Il faudra alors seulement patienter quelques années (environ 4 ans) avant la revente, afin d’amortir les frais amenés par la souscription d’un nouvel emprunt.